Archive pour mars 2012

Chemin de Croix version 2012

Samedi 10 mars 2012

Chéri a eu l’idée exquise d’emmener les enfants à Disneyland il y a quelques jours, on a enfin pu afficher ce sourire débile qu’on avait souvent vu et dire fièrement : « Ce week-end on était chez Mickey !! ».

Si vous voulez avoir une vague idée de l’Enfer, allez-y, c’est frappant de ressemblance, ou du moins de la petite idée qu’on peut s’en faire. Déjà le coin est à vomir, c’est quelque part dans une zone indéterminée à gauche de Paris, à côté du ranch de Davy Crockett et pas loin du Sante Fe Hotel (ma parole mais on est au States ou quoi ??). Il suffit de suivre le panneau avec Mickey en guide, tu ne sais pas que dans quelques heures tu auras envie de le liquider à coup de pomme d’amour. Quand tu arrives à un péage comme celui de Saint Arnoult mais avec des drapeaux : la magie commence…. tu payes quinze euros. Si tu trouves ça cher t’es nulle, on est pas là pour faire des économies, on est là pour voir Bambi. Le parking du parc fait la taille de la Beauce (à peu près), un vent glacé souffle en diagonal, si tu t’y connais tu te gares à la lettre A, si t’es con tu te gares à F (ce qu’on a fait). Tu penses que tu es arrivée, en fait non, tu vas te farcir des kilomètres de tapis roulants, comme à la gare Montparnasse, et pour te mettre dans l’ambiance un roulement de tambour ambiance « on est tous des enfants à partir de maintenant!! » t’accompagnera jusqu’à la fin. Attention ! Tu auras la mélodie dans la tête pendant plus de 24 heures. C’est très difficile de s’en débarrasser.

Les enfants sont ravis, ils ont l’impression d’accéder au rêve suprême. Après avoir marché au côté du peuple, tu arrives aux caisses, ouah ! C’est beau !!! Les yeux des petits loups se remplissent de bonheur car le château en ciment rose géant de la Belle au Bois Dormant se dresse devant toi, entouré d’arbres et de lampadaires en plastique. Tu décides de TOUT faire. Tu commences par la première attraction, tu attends 30 mn, on te dit que tu as de la chance, qu’en mai c’est 50 mn mi-ni-mum. Tu montes dans une coquille, tu accèdes au monde de Blanche Neige, tes garçons trouvent ça tordant ils hurlent « Feu sur Joyeux !! » et à l’aide de mitraillettes imaginaires lui tirent dessus, brisant ainsi les rêves de Cassandra, qui dans la coquille d’à côté envoie, de son jogging mauve à paillettes, des bisoux au Prince Charmant, tandis que sa tata la prend en photo en gueulant « tu souris à tata Cassandra !! ». Au bout de deux attractions, qui représentent grosso modo 6 mn de spectacle pour une heure de queue, les enfants ont faim, faut dire que ça sent la guimauve partout. Tu rentres dans le monde merveilleux de Peter Pan et tu as le choix entre « Burger/Frites » ou « HotDog/Frites » ou « Pizza/Frites », c’est la dictature des glucides. Pour la première fois de ta vie, tu rêves d’une tranche de concombre. Le menu est à vomir, autant prévenir : Mac Do à côté c’est de la haute gastronomie. En observant bien la population, tu pourras vite t’apercevoir que les trois-quart sont obèses. Quand plus tard, tu feras la queue à Space Mountain, tu constateras que le Burger à 13 euros fait péter 40 mn de file d’attente, et tu regretteras ton masque à gaz. Tu dis « Putain c’est insupportable cette vieille odeur de pet ! », tout le monde te regarde comme la vilaine fée venue troubler la fête, Chéri te fais les gros yeux, il fait tellement froid que tu ne sens plus tes pieds, tu pourrais échanger ta cuisse droite contre un radiateur.

Je t’épargne la suite, jeune Padawan, parce qu’elle n’a pas d’intérêt, elle parle des avenues de magasins à perte de vue qui vendent des couvertures polaires de Picsou et des gobelets en plastique de princesse. De mon humeur qui s’est dégradée au fil des heures, du train de la mine qui m’a fait perdre l’usage de la parole, des poussettes pleines d’enfants hurlants et du moment divin où je me suis assise dans la voiture, qu’on a mis le chauffage et que j’ai repris la suite du marin de Gibraltar.

Juste pour prévenir, que mon chemin de croix est fait, un peu en avance certes, mais il compte double (parce qu’on y retourné le lendemain : on avait pris le pass pour deux jours, mais cette fois on s’est garé à la lettre A).