• Accueil
  • > Mes voisins font la fête

Mes voisins font la fête

Ils sont jeunes. Pas très très beaux (je peux encore juger), mais libres. Libres d’avoir des nuits courtes, blanches, agitées : ils pourront tout rattraper quand bon leur semble les veinards… Libres de picoler, hurler et s’embrasser dans les fourrés jusqu’à pas d’heure, avec la musique à fond et le couillon de service qui gratouille un air de guitare un peu chiant dans son coin. Il en faut un. Jusqu’à une certaine heure il me font envie, je fredonne les airs que je reconnais, je souris en écoutant les filles hurler : les garçons leur mettent des glaçons dans le cou. Bref ils s’éclatent, et moi je subis leur bruit. J’ai pas envie de les faire chier, d’avoir le rôle de la voisine qui demande de baisser le son. Je résiste. Je ne fais même pas « chuuuuut » quand l’un deux imite Rihanna en gueulant « rompô pô pô rompô pô pô« .

Il est trois heures du matin. Ils ont monté le son. Le même air passe pour la trentième fois, ils chantent à l’unisson. Ils sont bourrés, y en a un qui a le hoquet sous mes fenêtres, j’ai l’impression qu’il le fait exprès. Je suis excédée. Je serai décalquée demain ; pour me venger je ferai brailler mes enfants à sept heures trente, je sortirai ma guitare aussi et je foutrai le plus jeune au piano, Mozart en live. Et j’irai chercher le petit accordéon dans mes cartons. J’ai plein d’idées.

5 heures… je m’étais endormie mais les portes claquent et reclaquent. Je les hais ces jeunes. Non seulement ils chantent faux mais en plus ils sont cons. Et cette fille qui n’arrête pas de ricaner va me rendre folle. Je tends l’oreille… ça dégénère chez eux. Ils se battent, j’entends « arrête ! putain mais arrête tu vas lui faire mal ! ». C’est la même fille qui crie, une bouteille de bière dans la main, les cheveux dans la figure, elle est vilaine et bruyante. Je descends. Je prends un œuf, je remonte, j’ouvre la fenêtre, je vise. L’œuf s’écrase sur sa joue. Elle suffoque de surprise. Je ne bouge pas. Pas un bruit pas un geste. Elle pousse un cri, demande qui a fait ça, c’est toi hein ? ça t’amuse Ducon ? Les accusations fusent dans leur baraque, je me régale, leur soirée est terminée, foutue, je me bénie. Ils vont rentrer et me laisser dormir.
Des bruits de vaisselle brisée, de la violence, la décadence. Elle répète « Je suis sûre que c’est lui, il a failli me crever l’œil… » PAS LE COUTEAU ! crie l’un d’entre eux. Il y a de la peur dans l’air, ça sent le souffre, un meuble explose, non c’est la guitare, MA GUITARE CONNARD !, le désespoir, puis la haine et puis plus rien. Rien que le silence qui s’installe et qui s’empare de l’aube. C’est bizarre. Un gémissement s’échappe, à peine un miaulement, c’est la vilaine qui sanglote, il y a sûrement un mort… Une demi-heure plus tard les flics, un, deux, trois, et un mec qui hurle « mais c’était pas moi, j’avais pas d’œufs dans mon frigo !! ». Les girophares s’éloignent, je vais faire un petit somme avant de dormir…

Ouais bon, j’invente des tas de trucs la nuit quand mes voisins font la fête… je fais passer le temps… trop vieille pour m’incruster, trop jeune pour m’insurger, pauvre de moi…

11 Réponses à “Mes voisins font la fête”

  1. Funny Help dit :

    voilà. merci. je me rappelle maintenant pourquoi je me suis barrée en pleine cambrousse.

  2. Anne R. dit :

    Sympa le quartier… t’es bien sûr que tu es au coeur de T. et sa bourgeoisie ambliante ??!!!

    Remarque, les jeunes cons y’en a partout, même qu’on a dû être un peu pareil… sauf que les flics ne se sont jamais pointés à 5 heures du mat’ quand je logeais à quelques rues de chez toi (Rue des Trois-pavés-ronds, perpendiculaire à celle des Halles ;) )

    Pense aux boules quiès… mais fais-toi secouer le matin par tes gosses, à défaut d’entendre le réveil !!! hahaha

    Bises et à un de ces 4, quand j’irais en VILLE…

  3. Alphonsine dit :

    La prochaine fois, tu poseras une boîte d’oeufs sur le palier juste avant que la fête commence !

  4. stella dit :

    oui, ben, moi, j’avoue, je sort les enfants dans le jardin le plus tôt possible le dimanche matin avec un ballon et une flûte à bec quand j’ai subit les braillements des d’jeunes qui n’en n’ont rien à faire du sommeil des autres ! Et toc !

  5. Sylvie dit :

    Bah oui on s’était dit qu’on ne serait jamais comme la voisine du dessus qui appelait les flics quand on faisait trop de boucan (tous les vendredis et les samedis soirs ??), et puis un jour l’autre côté de la barrière est franchi ah les boules !! (et ce n’est pas toi qui était restée coincée dans l’ascenceur à 4 h du mat ?? quand je pense aux petits vieux qui n’ont pas pu aller faire leurs courses le lendemain, en fait c’était horrible pour eux, suis pas sûre qu’on s’en soit rendus comptes..) Ceci dit je me suis ruinée en bouquets de fleurs d’excuses pour les voisins à l’époque..

  6. Chonchon dit :

    On a connu ça, il y a 10 ans…même qu’on s’est retrouvé avec Les Gipsy Kings et leurs cousins qui chantaient sur le pallier… c’est con, j’avais pas d’oeufs… alors j’ai appelé les poulets !

  7. clairette dit :

    J’adore ta conclusion !

  8. Mine de Rien dit :

    que jeunesse passe…mais pô trop vite!

  9. vio dit :

    t’es forte Astrid, tu m’as bien fait flipper (vas-y molo je vis à la campagne et en Belgique je te rappelle !)

  10. vio dit :

    et tu sais qu’à Rennes une nuit on avait vu sous nos fenêtres une vraie bagarre aux couteaux … on habitait en face de la gare, certes, moins glam’chic que St jeanne d’arc …

  11. Cruella dit :

    ah les voisins du dessus. J’avais une folle qui mettait la musique à fond jusqu’à pas d’heure et quand je suis allée la voir pour lui demander d’arrêter j’ai eu droit à  » Vous n’allez pas commencer à m’emmerder ! » Me suis dit que si tiens !
    1) Se repasser le film de tatie danielle ( ça aide)
    2) Lui dévisser sa rampe d’escalier
    3) arrêter l’ascenseur
    4) déposer une gentille flaque d’huile sur une marche
    5) déposer le restant de l’huile dans sa boîte aux lettres
    6) mettre une poignée de clous sur sa place de parking
    7) imiter spiderman en scotchant à l’adhésif marron une paire de talons aiguilles sur le balai
    8) couper son compteur d’électricité la nuit , le lendemain matin = panne de réveil pour aller bosser
    9) abonner son mari à toutes les revues pornos possibles
    10) inviter une paire de potes à faire la bambala au moment où ils dormiront sinon ce n’est pas marrant !

    craquage nerveux garanti…

Laisser un commentaire