Je bosse chez Puduk !

Ça y est les gars ! J’ai trouvé un bon gros boulot de merde ! Whououou !
Et pourtant j’en ai fait des boulots de merde dans ma vie, entre garder les chiards infernaux au bac à sable des aprèm’s entières, vendre des limes à ongle, couper des grappes de raisin ou encore maquetter des couvertures de Barbara Cartland, je pensais que j’avais fait le tour, que j’avais un peu mûri et passé l’âge…

Il y a peu de temps je me suis dit : je vais me trouver un petit mi-temps dans une petite boutique branchée, je chantonnerai des chansons au milieu des nouvelles collections, je serai un peu dans le vent, ce sera cool, j’oublierai mes soucis dans le cuir et la soie, ce sera très certainement sympa et détendant, ce sera une nouvelle expérience. Et quand j’ai demandé à mes copines ce qu’elles en pensaient elles ont toutes dit (les salopes quand j’y pense) : « Ah ! ouais, c’est pas con, tu gagnes trois ronds en trois aprèm’s et tu te détends. Va déposer un CV chez Puduk, la boutique vient d’ouvrir et ils font des trucs mor-tels… ». En quelques jours l’affaire était pliée, je passais un entretien pour raconter ma life, mon envie de me surpasser dans la vente, de faire péter les objectifs, de m’éclater dans la mode, je m’inventais une enfance dans la réserve de mes parents, les devoirs du soir sous les portants, les samedis à la caisse, Papa qui balayait le trottoir et la Mère qui tard le soir faisait les comptes… le tout arrosé de phrases toutes faites pompées sur des sites de mode : « le cuir sera cet été ce que la fourrure fut à l’hiver… »"le kaki dans toutes ses nuances s’annonce comme la it couleur de l’été »

Attention ! Quand on est vendeuse dans un magasin on ne dit pas « je suis vendeuse ». Non. On arrondit les angles. On préfère raconter que « l’on bosse chez Puduk » ou encore « qu’on aide une copine qui tient Puduk », on essaye de trouver des formules qui laissent penser qu’on touche à tout, qu’on bosse sur le terrain, qu’on roule sa bosse dans le haut-de-gamme, parce que nous, le luxe abordable on en raffole… Donc depuis trois semaines je « bosse en boutique » et c’est terrible.

Moi qui pensait rigoler avec de la copine, faire des batailles d’antivols avec les collègues et prendre des cafés sur le trottoir en attendant les clientes…. Que dalle. Il faut rester debout tout le temps dans le magasin et « créer un dynamisme ». Explication : bouger sans arrêt, déboutonner reboutonner des chemises à 190 euros, plier, déplier, replier, faire comme si on était débordée alors que ça fait trois heures qu’on glande, lancer un « Bonjour Madame ! « , se faire envoyer chier par de la blonde à qui on jure que le corail lui donne un teint divin (en fait c’est carnaval), assurer aux culs larges qu’elles ont la chance d’avoir une chute de reins sublimes (je sais ça devient sordide), dire que c’est normal de ne pas arriver à fermer une veste parce qu’elle se porte ouverte (en fait on n’a plus la T42) et surtout répéter à toutes les grandes duduches qu’elles ont une taille mannequin comme on n’en voit pas passer tous les jours ; la duduche rougit, on abat la dernière carte en lui demandant si par hasard elle faisait pas des défilés…? : au Royaume des Connes on brille vite. On a peur de rien, on ose tout, tout pourvu qu’elle claque de la tune, qu’elle crache de la maille et qu’on atteigne les objectifs de la journée, quitte à ce que tout le monde se foute de sa gueule cet été quand elle apparaîtra en marinière (le it de la saison) dans son pantalon carrot en synthétique (pas besoin de le repasser !!), comme les ploucs sur le port de Saint Trop (manque plus que la casquette brodée « Le Capitaine »). Et puis quand on a fini de raconter n’importe quoi à n’importe qui, ce qui est éreintant et quand on est rinçée d’avoir débité trois mille phrases sur la météo « et ben le voilà le soleil ! »ou « On en a marre de l’hiver hein !? Pff… je disais à ma collègue pas plus tard qu’hier « Isn’it Cynthia que cette année, rapport au froid et à la neige qu’on a eus, on trouve ça vraiment long, long, long… » et d’enchainer « Très sympa cette combi-short, elle est faite pour vous ! », on passe au cours de mathématiques. Déjà qu’en CE2 j’étais larguée, c’est dire comme je suis pétrifiée quand il s’agit de faire des calculs, d’additionner des chiffres, de diviser le nombre de gens qui sont rentrés par le nombre de clients qui ont raqué, multiplier par cent (paraît que faut pousser la virgule, mais je ne sais jamais dans quel sens), et tout ça s’appelle TT, IDV et d’autres termes barbares dont le résultat me parle autant que la recette du chou farci.

La mode je m’en cogne, les fringues je m’en tape, les chiffres c’est abstrait et les ordres je m’en balance. J’exaspère ma « Responsable » qui me parle comme si j’avais trois ans et demi « Il faut absolument fidéliser Madame Bulaud dont le pouvoir d’achat est énoooooooorme ». Elle me déteste, elle sent qu’elle s’est plantée dans son recrutement, elle dit « Astrid, il faut travailler tes silhouettes et ça, je ne PEUX pas le faire pour toi… c’est un travail per-son-nel… », j’ai l’impression de bosser avec Super Nanny. Elle s’imagine que je suis débile et c’est délicieux… Je lui dis que je l’admire elle répond modestement « dix ans dans le prêt à porter féminin ça ne s’invente pas… », elle se pâme pour des horreurs « Regarde-moi ce sarouel nude en soie qu’on a reçu ce matin : il est pas MA-GNI-FIQUE ? ». Je joue les demeurées, je louche et je répète « il est ma-gni-fique ». En réalité on pourrait y foutre de la Pampers XXL et 800 g de crottes de Berger des Flandres, mais on dira plus tard qu’il s’inscrit parfaitement dans la tendance « baroud-jungle » de cet été »… C’est usant de bosser chez Puduk, mais à 8 euros de l’heure on va pas jouer les difficiles… Merde quoi.

La suite demain car c’est samedi et y a moyen de rigoler… Pas un mot sur ce post sinon je suis virée.

 

Petites annonces :

J’ai une amie qui a la chance inouïe, je pèse mes mots, de partir vivre à … Belfort ! Vous ne savez pas où c’est ? Nous non plus…
Mais au cas où vous connaitriez un peu de monde je lance un appel.
Tout pareil pour une autre qui part à… Tassin et qui cherche une barraque dans ce bled !

Tant de villes aux noms magiques… merci de les aider car elles vont se suicider à la galette-saucisse et c’est très douloureux.

17 Réponses à “Je bosse chez Puduk !”

  1. Marion dit :

    aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah …

  2. zaza dit :

    terrible, j’en viens même à adorer bosser dans ma maternelle!!!!!!
    courage lapin, elle est où ta boutique que je vienne te voir?

  3. mamina dit :

    Mais si tu bosses, Lapinou, c’est que TOUS TES gosses sont à l’école ! C’est une avancée, dans un sens …
    T’es en ville ou dans un centre commercial ? C’est pas la même classe …..

  4. Sophissime dit :

    Tiens…je vais faire lire ça à mon ado de 15 ans qui refuse de bosser son brevet parce qu’elle veut faire vendeuse dans des boutiques de luxe (tant qu’à faire hein!) et qu’elle croit que c’est trop sympa comme job.
    En tous cas, je me suis bien marrée en te lisant.
    Merci! :) (et bon courage pour ce samedi!)

  5. Mélou dit :

    Ah, je pleure, je pleure, et je pleure, oh putain, j’en ai al aux abdos (ouais je sais après 4 enfants y en a plus d’abdos, çà pend !!) !!! Bref, énorme Puduck, bon, faut que je vienne à Rennes grave !!!!

    Pour Belfort, tu vas rire, on a des potes la-bas, milouf, 2 couples d’amis, et on en connaît un autre qui quitte Belfort et qui vend un appart d’ailleurs (les boules, Belfort, trou du cul du monde), mais bon !!! Et our Tassin, si c’est la demi-lune, ouais, on connait aussi du monde, ah, ce bonheur de connaître des gens un peu partout !! Rho c’est bon, je me la raconte pas, en même temps on va jamais les voir c’est trop paumé !!!

  6. mpi dit :

    dis donc t’aurais pas une cousine ou une soeur qui t’aurait refilé les tuyaux pour vendre des horribilis et osé dire que le 40 se porte près du corps (en fait c’est un 38 riquiqui) parce que dans ma belle ville de province in the boutic chic et hors de price on a la même vendeuse menteuse … je la déteste, je la hais : j’ai dépensé des fortunes pour des trucs que je mets jamais ! elle est comme ta boss au moins 10 ans de refourgage de n’importe quoi !
    bon courage lapinette accroche toi : avec ton sens du commerce tu arriveras bien à être vizir à la place du vizir !!!!

  7. Adeline dit :

    Puduk, Puduk … mais qu’est ce que cela peut bien vouloir dire ?………….

  8. miss dit :

    Vendeuse chez Puduk….uuuu…quel programme!!

  9. liaht dit :

    Finalement, tu fais le même boulot (et avec le même salaire !) dans ta boutique de luxe que ma Fille Cadette en job étudiant dans son H et M !!!!
    Bon d’accord…. elle ne peut pas prétendre qu’elle aide une copine qui tient le magasin !!! Elle est juste vendeuse, quoi !
    Et ben…. bon courage !

  10. blue blood dit :

    Du grand Lapin Malin très fort ! tu vas rire mais.. .j’ai bossé à Belfort ! Radio France Belfort Monbéliard pour être précis, ah son centre commercial des 4 as, le centre de la ville pour faire simple… Mais région magnifique, le ballon des Vosges à grimper, des milliers de spot de parapente, des lacs partout… Si on aime la nature, oui, y a de l’éclate dans l’air, mais coté social faut pas trop en demander… Moi à l’époque, j’étais la star dans ma voiture Radio France Belfort, pensez, 40 % d’audience sur la région, les femmes se jetaient nues sous mes roues pour arrêter le grand journaliste qu’elles entendaient causer dans le poste, et voir s’il était aussi beau gosse que sa voix le laissait supposer ! :-)

  11. cocophonie dit :

    Lapin, t’es trop forte !!! excellent !

  12. guillou dit :

    E-N-O-R-M-E !! on s’y croirait presque ! ça me rappelle qd je faisais mes missions d’hôtesses chez Yves R*** à baratiner les clientes genre « mais oui le blush rose fushia vous va à ravir », « le parfum Fleur des champs est notre meilleure vente », blablabla, pfiou qu’est-ce que je me suis marrée…

  13. aziliz dit :

    Excellentissime, je pleure de rire…Lapin, rien à voir mais je cherche à t’envoyer l’adresse de mon blog (beaucoup moins bien que le tien) mais il n’y a pas de formulaire contact…donc je le fais ici.
    Bon courage chez Puduk. l’autre jour dans la seule boutique de SB où on peut se fringuer avec autre choses que de la polaire beige, j’ai piqué un fou rire d’une bonne demi-heure avec la vendeuse…on se payait la tâte des autres clientes (mais depuis j’ai dit 3 Pater et 2 Avé, tu me connais).

  14. nathetvoila dit :

    ça y est lapin, j’ai trouvé à Tassin…oui, la demi-lune (héhéhé )!! bon..on est content car on a plein de potes là-bas et c’est pas paumé !!! allez, merci pour ton annonce !!! et j’ai des cousins aussi à Belfort, des milis si ça peut servir…(ta copine est à Rennes ?)

  15. Marion dit :

    Y a justement un panneau « tassin la demi lune » à 100m de ma maison… ça doit être un signe ! Pour ce qui est du « bled » c’est quand même à 5 mn du centre de Lyon… comme ville provinciale, y a pire ! Si votre copine est aussi drôle que vous, ce dont je ne doute pas, elle peut venir ricaner avec moi autour d’un café, ça devrait bien se passer. On deviendra peut être pas copine mais elle pourra toujours récupérer quelques infos utiles. Vous pouvez lui donner mon adresse email sans soucis.

  16. ciboulette100 dit :

    … j’suis pas déçue du déplacement… Je t’admire Lapin… vrai de vrai ! mais je te laisse Puduk… j’préfère ma Lulu d’amuuuuuuuuuuuuuuur ;)

  17. sophielastyliste dit :

    Y’a pas des chapeaux ronds chez Puduk? Bon, à la rigueur, la croûte de porc de par chez toi…ça doit l’faire…

Laisser un commentaire