• Accueil
  • > LE CHALLENGE PARIS HILTON

LE CHALLENGE PARIS HILTON

C’est Jean-Seb et Valoche qui ont lancé l’idée : « ça vous dit une boîte vendredi soir ? ». Une boîte ? Je reste muette. J’ai adoré les boîtes mais j’ai un peu peur de faire vieille morue, enfin, vieille tout court. Je me souviens vaguement d’avoir rigolé quand j’étais ado et que mes oncles et tantes avaient, un soir d’été, décidé d’aller en boîte. Je les trouvais ri-di-cu-les…Cependant je réponds « pourquoi pas !? » avec une pointe d’angoisse. Il va falloir me mettre au diapason, me relooker, mincir, en cinq jours c’est pas gagné… J’en parle à ma belle-sœur, elle est plutôt partante, notre opération relooking s’appellera le « challenge Paris Hilton ».

Cinq jours de courgettes aux épinards arrosées d’eau d’Hépar, des heures à observer la sortie du lycée pour cibler la tenue la mieux adaptée, le jour J arrive, je rentre un peu mieux dans mon slim. J’enfile des bottes ultra hipe (les même que Victoria Beckam), un petit haut vert (Elle jure que le vert revient en force), et en avant. Mon mari me dit que j’ai l’air d’une tablette de chewing-gum à la chlorophile, je lui réponds qu’on va le prendre pour mon père.

On a grignoté des battonets de concombres chez JS et Val jusqu’à 1 heure du mat’. J’avais tellement sommeil et surtout tellement faim que j’ai failli capituler. Mais à peine arrivée devant la boîte je me sens déjà ultra excitée. Pourtant force est de reconnaître que l’ensemble de la population a entre quinze et vingt ans de moins. Tant pis je vais ainsi tester mon sex-appeal. Est-ce que je sais encore danser ? Je monte sur l’estrade entre deux bombes de dix-sept ans, je redescends dans la seconde. Je n’ai vraiment plus vingt ans… J’ai un peu le moral dans les pompes quand je vois s’approcher un garçon. Il se tortille comme moi sur Mika, sans dec’ c’est pas Brad Pitt mais il est plutôt pas mal, il me fait penser à John Lennon avec ses cheveux plaqués au beurre sur le front et sa lacoste moulante. Au bout de quelques minutes il me demande si je « suis du coin » je mens : je dis que je suis en vacances (ça fait étudiante), et lui pose la question en retour. Le gros malin place qu’il bosse à Londres dans la finance. Enfin s’il pipotte autant que moi il doit être cuistot à Quimper. Et puis il me demande mon âge… Je réfléchis à toute allure, 23…? non, dix de moins ça ne passera pas, je tente 26 avec un grand sourire. Je suis pathétique, j’assume. Il ne bronche pas et me dit qu’il a 24 ans. À ce moment j’aperçois avec horreur un groupe qui s’approche : je les reconnais, certaines font régulièrement des baby-sitting à la maison ! Il faut que je m’éloigne avant qu’elle ne me lance un joyeux « bonjour Madame ! »

Je dis « je reviens » et rejoins la tête haute mon mari qui attaque son neuvième verre de vodka. Je lui dis que je suis en train de me faire draguer, ça le fait rire… Hou ! La ! La ! les choses se compliquent : John Lennon me cherche partout et il est accompagné d’un copain. Il me retrouve alors que j’étais cachée derrière Jean-Seb (qui prend un peu l’air d’un mec qui va vomir). John me rejoint et me présente…Cyprien, son grand frère (26 ans à tout casser). Ah ! Là encore je sens les années défiler : à mon époque les mecs s’appelaient Laurent ou Edouard… Le Cyprien ne me plaît pas , j’ai l’impression qu’il n’est pas dupe : il hésite à me serrer la main… Je lui colle une franche embrassade avec un petit regard de travers qui-teste-mon-pouvoir-de-séduction dédié à John. Il sourit. Il est trop mignon mais moi je suis vraiment trop mariée, trop ridée et trop décalée. il est temps de rentrer. Dans deux heures je reprends du service à la cuisine…

 

Une réponse à “LE CHALLENGE PARIS HILTON”

  1. Minarou dit :

    Hilarant ! J’ai testé les boîtes aux travers certains âges moi aussi… Avec une grosse interruption quand les petits étaient très petits… Et bien à 35 ans ça pouvait encore aller… Me suis fait draguer par un mec qui tenait à peine debout et qui de toute évidence ne voyait plus très clair, mais bon, j’étais plutôt dans l’immersion musique et lumière, alors je ne me suis pas posée de question sur mon pouvoir de séduction. Et puis ce soir là il y avait quelques « vieux » qui traînaient dans la boîte, nous nous sentions moins seuls. Enfin, on s’est tous amusé comme des petits fous et avons bravement fait la fermeture de la boîte. Par contre, était-ce le manque d’habitude ? L’âge ? Nous sommes restés presque sourds jusqu’au lendemain midi. Je ne me souvenais pas avoir ressenti telle sensation durant ma « jeunesse ».
    Par contre, on a refait une petite récidive… 10 ans plus tard… Aïe ! Quel décalage !!! Ce n’était plus possible. Tous ces jeunes survoltés pouvaient être largement nos enfants et en plus ils me faisaient peur… Nos cousins, mon mari et moi nous sommes tapis derrière le bar et cette fois nous n’avons pas fait la fermeture de la boîte. Nous n’avons pas eu de problèmes auditifs non plus.

Laisser un commentaire